HOMO-NUMERICUS
BLOGO NUMERICUS
LA FEUILLE
 
RUBRIQUES
Billets récents
19
01
2009
Conférence
«Quelles libertés numériques?»
Activités exotériques

Il est difficile de ne pas voir dans l’essor de l’Internet le symptôme d’une sidérante libération des esprits. Les réseaux donnent la parole à la plupart et dans le même temps véhiculent les savoirs les plus divers ou les expériences les plus singulières. Liberté d’expression, liberté également d’acquisition des connaissances, ils forment un espace privilégié de recherche et d’échanges, de pluralisme et de multiculturalisme.

Notre analyse des réseaux peut-elle cependant se résumer à ce tableau idyllique ? N’y a-t-il pas là un risque de confondre les idéaux de notre imaginaire humaniste avec les finalités pratiques de nos réalisations technologiques ?

La question des « libertés numériques » est en effet une question ouverte. Si l’Internet a pu démultiplier les voies d’accès aux travaux de l’esprit, mais également à l’expression et à l’action associatives ou politiques, les conditions techniques de ces libertés fondamentales restent opaques et mal comprises. Car les réseaux mobilisent et mettent en œuvre des normes extrêmement diverses et qui concernent aussi bien leur fonctionnement technique que nos interactions pratiques. Du divers au complexe, et du complexe à l’opaque, il y a une association presque naturelle dont il est important d’essayer de démêler l’écheveau. C’est qu’il y va en somme de notre compréhension de l’Internet, qui se couple désormais avec celle que nous avons de notre monde.

En somme, l’Internet — espace de « libération des esprits » ou bien trame informationnelle de libertés fantomatiques ?

[Enregistrement de la conférence d’Alger du 8 janvier 2009]


NOTA BENE : une conférence similaire a été prononcée au Centre Culturel Français de Constantine (Algérie) le 10 janvier 2009.

Elle a été enregistrée avec des moyens professionnels et peut être visionnée à partir d’un lien disponible sur cette page.


PS: Sur le thème des libertés numériques, consulter également le site de la conférence Computers, privacy and data protection (en anglais).