HOMO-NUMERICUS
BLOGO NUMERICUS
LA FEUILLE
 
RUBRIQUES
Billets récents
15
06
2006
Lectures de l'Internet
Lawrence Lessig ou «la nouvelle normativité»
Séance de séminaire du 13 juin 2006

Adossées au principe de l’inaliénable liberté du créateur d’une œuvre culturelle quelconque (artistique ou scientifique, informatique ou littéraire, etc.), les Creative Commons imaginées par Lawrence Lessig sont des règles compatibles avec certains droits nationaux et conçues pour former un dispositif alternatif de régulation des échanges électroniques.

La question à laquelle il faut tâcher de répondre n’est cependant pas simplement de savoir à quel pôle se rattache le dispositif des Creative Commons, s’il s’agit du seul auteur d’une œuvre et donc de la liberté de créer, ou bien à l’opposé de son public et donc de la liberté d’usage. Elle est au-delà de savoir quel horizon pratique elles déterminent, ou bien encore quel sens elles permettent d’assigner à l’activité créatrice qu’elles entendent défendre et favoriser.

C’est pourquoi l’analyse que nous proposons de Free Culture (New York, The Penguin Press, 2004) [1], porte moins sur le détail du dispostif imaginé par Lawrence Lessig que sur le type de normativité qu’il semble délimiter. L’hypothèse que nous faisons en effet, c’est que les Creative Commons ne sont pas des règles venant s’ajouter ou se substituer à d’autres règles leur préexistant, mais qu’elles dénotent une conception originale du travail de la loi, dont la normativité ne viserait pas à la fixité d’un ordre de contrainte, mais serait plutôt appelée à une série indéfinie d’accommodations à et de renégociations des interactions culturelles, c’est-à-dire fondamentalement sociales, économiques, et finalement politiques.


[1] Le texte de Free Culture peut être lu et/ou téléchargé en ligne soit dans sa version originale américaine, soit dans une traduction française.


PS: Le prononcé de la séance du 16 mai 2006 peut être écouté et/ou téléchargé à partir de ce lien (la qualité du fichier son est relativement médiocre).