Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/acces.php on line 38

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/acces.php on line 39

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/acces.php on line 40

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/config/mes_options.php on line 7

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 560

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 561

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 609

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 619

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 560

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 561

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 609

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 619

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 560

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 561

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 609

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 619

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 318

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 318

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 318

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 318

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 318

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 318

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 377

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 378

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/filtres.php on line 379

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/flock.php on line 60
Travaux de diktyologie générale -- « Faux usages et vrais semblants »
HOMO-NUMERICUS
BLOGO NUMERICUS
LA FEUILLE
 
RUBRIQUES
Billets récents
16
03
2005
L'Internet : questions de droit
« Faux usages et vrais semblants »
Texte de la séance de séminaire du 15 mars 2005

L’univers langagier du Réseau détermine une prolifération opportuniste des « usages ». Cette diversité se laisse difficilement interpréter dans les termes naïfs d’une « liberté » de pensée et d’expression, et ne se rapporte pas non plus simplement à la maîtrise technique, qu’elle présuppose, des outils informatiques et logiciels.

La question que nous nous posons donc est celle de nos pratiques intellectuelles, et du rapport qu’il peut y avoir entre une certaine tradition de l’appropriation et de la distribution des savoirs d’une part, leur développement ou redéploiement sur les réseaux d’autre part.

Une alternative relativement simple s’offre à nous, qui est de considérer soit que le Réseau, en continuité avec des pratiques cognitives traditionnelles, s’avère un simple espace d’optimisation et/ou d’accélération de celles-ci ; soit qu’il permet de rompre avec certains usages communs ou savants désormais désuets, et qu’il induit ainsi une manière d’appropriation radicalement nouvelle des savoirs et même de notre rapport à eux.

Nous résoudrons cette alternative en montrant qu’une analyse de nos pratiques intellectuelles réticulaires implique une théorie dysfonctionnaliste (quoique positive) de l’Internet.

L’Internet est né le samedi 3 novembre 1849, avec le lancement en Angleterre de la revue à la fois populaire et savante Notes & Queries. Résolument inspiré de la scie du Capitaine Cuttle, un personnage de Dickens : « When found, make a note of. » [1], la revue revendique dès son premier numéro de pouvoir mettre en place un véritable réseau des savoirs, et de connecter entre eux tous ceux qui, quelles que soient leurs connaissances, certes éparses et fragmentaires, sont prêts à les partager pour former ensemble une manière d’encyclopédie vivante, expressive des préoccupations protéiformes des uns, des autres, et de tous à la fois. Fantasme, peut-être, mais d’une matrice efficiente des savoirs, destinés à circuler parmi des « usagers » infiniment variés, des savants qui ne savent pas tout, mais des ignorants aussi qui savent quelque chose : « those who are best informed are generally the most ready to communicate knowledge and to confess ignorance » [2]. En quoi l’idée est que les savoirs sont erratiquement distribués, mais que Notes & Queries en garantira une redistribution et un rééquilibrage culturel par les moyens d’une mise en commun, de leur partage, et consécutivement de leur extension. C’est dans ces échanges, disent les concepteurs de la revue, qu’écrivain et lecteur s’enrichissent réciproquement et naturellement, « luxuriate so much at their ease », et réalisent quelque chose comme une discursivité non pas seulement intellectuelle, mais assurément existentielle [3].

« Some cheap and frequent means of interchange of thoughts » [4] : c’est ainsi que se caractérise la nature pour ainsi dire « technique » de l’outil cognitif intitulé « Notes & Queries ». Il repose en effet sur un triple présupposé :

- Premièrement, qu’il faut pallier les défaillances naturelles de toute mémoire, et selon un argument très traditionnel, dont on observe des traces jusque dans le Phèdre de Platon, qu’il faut thésauriser les savoirs, quels qu’ils soient, et s’assurer de leur persistance - précisément par le moyen de la notation, et d’une sédimentation ponctuelle de connaissances inévitablement fragmentaires. On pourrait croire qu’il n’y a donc rien de plus, dans le projet de Notes & Queries, qu’une application renouvelée de la fonction « écriture » associée à la fonction « imprimerie » — et un raccourci synthétique de quelques siècle d’histoire intellectuelle. Mais en réalité, on a plutôt affaire à un précipité de cette association, et à une explicitation pratique d’opérations accomplies traditionnellement de manière opaque et tacite dans la vie savante et littéraire. Pour dire vite, Notes & Queries est une première image réaliste et fidèle des processus cognitifs en jeu dans la coïncidence effective d’une écriture à la fois publique et presque infiniment disponible.

- Deuxièmement, l’existence de la revue paraît reposer sur ce présupposé que l’abondance des connaissances est un obstacle majeur à la possession effective des savoirs, si l’on entend par « posséder des savoirs » la capacité à les mobiliser dans les circonstances qui les requièrent. L’abondance des « notes », qui tient à celle des situations personnelles et des connaissances privées, engendre un véritable « embarras des richesses » — pour reprendre le titre d’une arlequinade de l’Abbé Allainval [5] — et peuvent être comme une « affirmation négative » de la connaissance, constituer un savoir inaccessible en raison de sa pléthore et de sa désorganisation. Autrement dit, le chaos des savoirs est celui-là même des situations humaines auxquelles ils sont adossés, et dont ils ne sont qu’une traduction représentationnelle et parolière plus ou moins aléatoire.

- D’où le troisième point, et l’exigence d’appréhender le chaos selon des procédures méthodiques — « the methodizing of chaos » : l’alternance des notes et des demandes, l’asymétrie des échanges, la circulation spontanément réordonnée des savoirs, ce sont là les méthodes selon lesquelles des savoirs chaotiques parce que fragmentaires et confinés, deviennent connaissance parce qu’ils sont articulés et partagés. Notes & Queries ne garantit donc pas seulement la circulation des idées, mais s’institue dans le même temps comme un dépositaire privilégié de la mémoire collective, non seulement conservée, mais également réorganisée et de ce fait clairement disponible.

Parmi beaucoup d’autres, on pourra retenir deux exemples.

À la page 6 du numéro un du 3 novembre 1849, un William J. Thoms cherche des explications sur une image d’Érasme où il est question de bracelets qui paraissent faits d’œufs de serpent. Aux pages 24 et 25 du numéro deux, paru le 10 novembre 1849, un certain V. lui donne la réponse appropriée en lui expliquant que l’image participe d’une raillerie adressée par un Ménédème de ses Colloques à son interlocuteur Ogyge [6].

Autre exemple. Un lecteur cherche à savoir quelle est la date de parution du premier numéro du journal The Times. Sa question, parue le 3 novembre, reçoit une réponse le 1er décembre de la même année : le premier numéro du Times est daté du 1er janvier 1788, mais porte le numéro 941, car il prend la suite de l’Universal Register, dont avaient préalablement paru 940 numéros.

Il est jubilatoire, mais peu utile, de persévérer dans l’exemplification de ces faits : la réticularisation des savoirs n’est pas une idée si neuve, ni la conviction d’une intime relation entre leur interconnexion et les processus de validation qu’elle induit, l’appropriation enfin qu’elle réalise : partager, c’est à la fois conserver et réactualiser, cristalliser et dynamiser. Le partage est une manière d’Aufhebung de la connaissance, comme on pourrait dire, et d’auto-achèvement infini des savoirs. Et un réseau n’est pas seulement un espace de circulation, mais un processus de vivification, pour parler métaphoriquement, d’une mémoire qui ne cesse de se commuer en savoir - une mnémotechnologie.

On pourrait dès lors être amené à considérer que l’Internet n’est jamais qu’un phénomène de modernisation technologique exponentielle de pratiques intellectuelles éprouvées, et qu’il assure essentiellement — mais aussi seulement — l’accélération de procédures anciennes, ainsi que leur sécurisation, c’est-à-dire la réduction maximale des aléas de toute communication, ses redondances, son bruit, son imprécision et ses pertes. Les protocoles de l’Internet, c’est-à-dire notamment le couple Internet Protocol et Transfer Control Protocol, sont effectivement conçus pour garantir et la rapidité extrême des échanges sur le Réseau, et la recomposition intégrale de tous les messages, envoyés par « paquets », d’un bout à l’autre d’une chaîne communicationnelle donnée [7]. S’il faut cependant accepter cette idée, c’est aussi en concédant que l’Internet serait en continuité avec les pratiques intellectuelles auxquelles il succède, et qu’il ne ferait que mettre à jour ou moderniser des processus dont nous serions déjà parfaitement coutumiers. Ou bien au rebours, il faudrait précisément s’interroger et poser la question de savoir : a) quel est le point de rupture, le seuil mutationnel des usages réticulaires au-delà duquel notre pratique de l’Internet ne présente plus de caractères suffisamment communs avec nos pratiques traditionnelles pour pouvoir y être assimilée, et b) s’il y a quelque chose d’irréductible et d’original dans nos pratiques réticulaires contemporaines et traversées par les Technologies de l’Information et de la Communication. Ce qui est une manière de demander : « Que peut signifier le concept des « usages », c’est-à-dire essentiellement des pratiques intellectuelles, au sens où nous entendons par là un certain exercice de la rationalité ? Et de quel exercice de la “rationalité” peut-il être question ? »


Le concept des « usages » offre une signification est à la fois évidente et naturelle, mais également biaisée et équivoque. À coup sûr, nous entendons par « usages » que des espaces d’investigation sémantiques sont disponibles, accessibles au moyen de toute une série d’applications logicielles, et que les « opportunités » [8] qu’ils offrent en termes de communication réticulée sont sans limites et pour ainsi dire polymorphes.

Se persuader cependant de la disponibilité [9] de l’espace réticulaire, et croire qu’il suffit de l’investir de ses propres pratiques pour en extraire les données en fonction de ses besoins spécifiques, cognitifs, artistiques ou commerciaux, privés ou publics, cela suppose une représentation essentiellement quantitative de l’Internet, qui le traduit en termes de ressources, en termes de production accélérée d’offres de services ou de rentabilité aussi bien économique que cognitive des contenus. Or c’est précisément sur ce point que se joue la question de la continuité ou de la discontinuité de nos pratiques, et bien plus, nos représentations « quantitativistes » ordinaires pourraient bien former l’écran sur lequel s’annulent les enjeux du continu et du discontinu, parce que par avance nous nous rattachons à l’idée qu’il n’est au fond question, avec l’Internet, que d’exponentialisation de notre parole, d’optimisation de nos pratiques intellectuelles.

Nous prendrons la mesure de la difficulté à laquelle nous sommes confrontés en faisant le détour d’une description presque prosaïque de pratiques elles-mêmes presque prosaïques.

Si l’on fait retour sur certains protocoles dont nous usons désormais de manière parfaitement « fluide » pour naviguer sur l’Internet, nous constatons qu’ils furent un temps des processus très distincts dans l’univers faussement homogène de l’Internet. Parmi eux, nous connaissons ftp, qui signifie File Transfer Protocol, et pour lequel on possédait autrefois un méta-outil désormais peu usité, Archie [10], qui permettait de cataloguer les serveurs ftp selon divers critères facilitant une recherche ciblée de fichiers applicatifs ou autres. En parallèle, pour ce qui était des banques de données, on disposait également de Gopher [11], conçu et mis en œuvre par l’Université du Minnesota sur son propre réseau intérieur, L'Archie vraiavant d’être mis à la disposition de l’ensemble des utilisateurs de l’Internet dès le début des années 90 — et ainsi nommé parce que le « gopher », mascotte de l’Université du Minnesota, est une sorte de castor ou de gros rat des champs qui vit dans de longues galeries souterraines, représentant ainsi par métaphore le geste et la structure d’une recherche dans l’immensité d’une base distante de données [12]. Non sans un témoignage d’humour institutionnel, il n’y eut pas longtemps avant que fussent développées deux nouvelles applications, deux nouveaux méta-outils pour Gopher, à savoir Veronica [13] et Jughead [14], l’un et l’autre outil optimisant les recherches à l’intérieur des serveurs Gopher, le premier les cataloguant tous, le second cataloguant chacun en particulier. Pour la petite histoire, on ajoutera que Veronica, jolie brunette en concurrence avec la blonde Betty, est tout simplement la (une ?) petite amie d’Archie dans une bande dessinée éponyme qui paraît avoir débuté bien avant l’invention de l’Internet... [15]

Ce détour fait apparaître quelles contradictions herméneutiques emporte une représentation « naturellement » instrumentaliste de l’Internet. L’Internet serait un outil cognitif, dont la complexité requerrait cependant, comme nous avons pu le voir la semaine dernière, que nous nous donnions des repères. C’est à cette fin que nous pouvons catégoriellement discriminer des « usages », ces « constellations » que nous avons admises et qui permettent de discerner des pratiques de discours parmi des espaces spécifiques. Les espaces épistolaire avec le mèl, conversationnel avec les babillards, littéraire et/ou créatif avec le web, les aires ouvertes aux utilitaires de téléchargement de type client/serveur ou pair à pair, tous sont disponibles en parallèle et de manière de plus en plus transparente, c’est-à-dire invisible pour l’usager. C’est d’ailleurs au point que la confusion est désormais ordinaire entre l’Internet, en tant que tel, et la Toile, qu’on croit être son univers exclusif. De fait, en vertu d’intégrations logicielles de plus en plus complexes et achevées, les espaces catégoriels de l’Internet deviennent coïncidents, ou du moins sont rassemblés sur un même écran applicatif. Ainsi le courrier électronique, la navigation sur la Toile, et nombre d’applications qui servaient autrefois à des activités relativement diverses, forment désormais des ensembles hautement intégrés et transparents, au motif de satisfaire à des exigences d’efficacité pratique optimale [16].

Ainsi donc, les diverses applications que nous utilisons ordinairement sont désormais « implémentées » dans nos navigateurs, de manière de plus en plus homogène, c’est-à-dire de telle sorte qu’une seule application correspond à plusieurs d’entre elles, et forme une sorte de pack, comme il est désormais habituel de dire. Or cette intégration ne consiste pas seulement dans une juxtaposition, puis une mise en coïncidence, d’applications elles-mêmes diverses ; l’intégration consiste en l’occurrence à la fois à rassembler des applications diverses en une seule « suite », et en sens inverse à faire ressortir certaines opérations effectuées à l’intérieur d’une application pour en faire une manière d’application autonome, et l’intégrer alors elle-même, une fois qu’elle a été discriminée et séparée, à un ensemble préalable d’applications qui auront été déjà intégrées. « Intégrer », peut-on dire, c’est donc d’une part rassembler, mais d’autre part extraire, isoler, singulariser, pour rendre a posteriori possible une nouvelle suite d’intégrations logicielles.

On pensera évidemment aux récentes « barres d’outils » qu’ont réalisées Google ou Amazon en collaboration avec le moteur Alexia [17], qui résultent a) de l’extraction de fonctions de recherche propres à la navigation sur la Toile, puis b) de l’implémentation de ces fonctions non plus au web, mais directement au navigateur qui sert à s’y diriger. On doit ainsi parler d’une double convertibilité applicative : celle des fonctions « classiques » de l’Internet, les http et ftp que nous expérimentons avec nos navigateurs, puis celles de fonctions non pas tant nouvelles - car chercher est une fonction de base mise en œuvre sur l’Internet — que nouvellement implémentées, c’est-à-dire programmées, qui sont importées dans et assimilées par les outils informatiques que nous utilisons — le protocole de chacune étant indiqué sur la barre du navigateur. Ces divers protocoles sont d’ailleurs enrichis par les « plug-ins » dont fait usage un navigateur, et qu’il est aisé de visualiser en ayant recours à une simple ligne de code, sans faire la moindre recherche sur son ordinateur : « about :config ».

Dès lors, ce que la complexité de l’objet visé et du langage requis pour y avoir accès tient à distance de l’usager ordinaire, la démultiplication et l’intégration des protocoles le rendent accessible, et la communauté des usages et des réseaux s’amplifie dans une ignorance tranquille et accrue de processus informatiques de plus en plus parallèles et interopérables. L’unité d’interfaces graphiques accessibles efface progressivement la singularité, ou en tout cas la complexité de procédures distinctes les unes des autres, par conséquent d’intentionnalités intellectuelles elles-mêmes disparates — et l’on finit par croire qu’une page web est une page web, alors que certaines d’entre elles sont statiques et ne sont faites que de texte(s), tandis que d’autres sont de véritables applications et des compositions dynamiques produites à la demande. Pour dire simplement, ce qui paraît désormais importer, presque exclusivement, c’est essentiellement un processus de normalisation des pratiques réticulaires : offrir des services homogènes pour satisfaire à des aspirations elles-mêmes supposées homogènes et légitimes des usagers.

Cette série d’intégrations logicielles successives a vite fait de donner l’illusion que nous avons systématiquement affaire, sur le Réseau, à « la même chose », quel que soit l’usage que nous faisons de nos outils informatiques et communicationnels. L’unité logicielle faisant écho à une véritable diversité applicative, nous sommes témoins de tensions qui ne traduisent pas simplement la concurrence des entreprises ayant intérêt à confirmer leur présence sur l’Internet, et notamment le web, mais aussi et sans doute surtout notre rapport prétendument instrumental à l’Internet dans son ensemble, et le résumé que nous en faisons en le déclinant en termes d’« usages ». Ces tensions peuvent en effet se résumer à ceci que d’une part, de l’indéterminabilité du « monde Internet » nous faisons un univers constellé d’« usages », et que d’autre part nous intégrons ces « usages » de manière à nous rendre indisponibles non seulement les protocoles informatiques de plus en plus complexes qui servent à les développer, mais aussi et surtout les protocoles cognitifs et les variations intentionnelles qui y président et qui donnent tout son sens à l’expérience même de l’Internet. Pour dire un peu rapidement, non seulement nous ne savons pas, avec l’Internet, nous nous situons, mais nous ne savons pas plus ce que nous y faisons.

Examinons, pour marquer la légitimité de ce postulat, la façon dont « naturellement » nous appréhendons le phénomène des intégrations logicielles qui soutiennent l’expérience ordinaire de l’Internet. On est réellement porté à supposer que l’intégration extrême des protocoles dans les applications les plus récentes ne ressortit pas simplement à une tentative de simplification de la pratique du Réseau — elle-même de plus en plus uniforme ou en tout cas homogène —, mais à l’exténuation d’une logique inscrite dans la matrice même du projet informatique plus ou moins conscient qui continue de présider à l’essor de l’Internet, d’une logique qui coïncide en tout état de cause avec le développement d’une industrie globalement florissante : l’idéal de la fluidité et de la transparence, celui d’offrir sur une plate-forme unique un nombre accru de fonctionnalités, celui enfin de rendre transparentes et donc indistinguables ces fonctionnalités, quitte à faire passer les unes pour les autres. Ainsi la tension entre nos usages d’une part, dont la disparité intentionnelle est bien réelle, et l’univers représentationnel homogène d’autre part dans lequel ils sont pensés, trahit une vérité de notre expérience de l’Internet, qui est que nous nous en voilons les « affordances », c’est-à-dire le seuil de discontinuité par rapport à nos pratiques intellectuelles traditionnelels.

Pour comprendre ce processus de « voilement », on fera avec profit un détour par la conception heideggérienne de l’« util » développée aux § 15 et suivants de Être et temps [18]. L’util, montre [Heidegger], est la propriété de l’ouvrage dont nous faisons usage, comme « pour ouvrir la porte, je fais usage de la poignée » [19]. Mais dans cette appropriation de l’util quelque chose a lieu qui nous demeure étranger, à moins précisément d’y revenir : l’usage que nous en faisons, notre « commerce » avec lui, est fonction de ce que l’util est d’emblée et toujours déjà « fait pour », comme si précisément tout était fixé, une fois pour toutes, dans la forme de la poignée, la robustesse des chaussures, l’encre, le papier, le sous-main. « Jamais ces « choses », écrit Heidegger, ne se montrent d’abord chacune pour soi, afin d’emplir ensuite une pièce à titre de somme du réel [20] ». Autrement dit, l’usage est comme assujetti à ce qui est déjà configuré, et comme fixé et contraint par la chose dont il est question. Ce n’est donc jamais nous qui « en personne » réglons la gestuelle de l’usage, c’est l’util et l’ensemble bien connu des propriétés qui sont les siennes, comme si la chose était au prolongement naturel du corps qui la manipule, et hors de porter de l’esprit ou de l’intentionnalité qui s’y manifeste. C’est parfois heureux, car il faut dans certaines circonstances « faire corps avec sa machine », en aviation par exemple ou dans la conduite de certains bolides. Mais du même coup « la particularité de ce qui est immédiatement utilisable est de s’effacer pour ainsi dire derrière son utilisabilité pour être justement, au sens propre, utilisable [21] ».

Mutatis mutandis, cela signifie qu’une approche instrumentale du Réseau, qui en est immanquablement et invariablement une approche applicative, est aussi ce par quoi le Réseau se détermine non comme un espace d’inventivité et d’expansion de l’intentionnalité cognitive, mais comme une aire de relatif enfermement « utilitaire », à l’intérieur de laquelle nous sommes commis à accomplir des fonctions sans doute passablement variées, mais fondamentalement uniformes et univoques : recherches, téléchargements, échanges d’informations, etc. On pourrait être tenté d’en conclure que le « monde Internet », sous couvert de l’approche applicative qui en constitue la condition de possibilité, n’est jamais que l’expression, dans son ordre propre, d’une civilisation de l’util dans laquelle nous sommes aliénés à nos propres usages et absents aux enjeux de nos pratiques. Et l’on serait alors amené à concéder que pour des raisons qui tiennent non à la similarité des pratiques intellectuelles, mais à un effet de dépropriation propre à la structure de l’utilisabilité, l’expérience de l’Internet est en continuité avec celle des savoirs, et la modernité technologique avec une tradition cognitive qu’elle subvertit sans doute, mais en conservant dans ses grandes lignes la tournure de son intentionnalité.

Fausse route — et très paradoxalement, c’est encore l’analyse heideggérienne de l’util, et plus précisément de ses dysfonctionnements, qui ouvre la voie vers un modèle pour une explication des voies singulières de l’expérience du Réseau et des pratiques qui en sont le fond d’originalité.

Trois catégories importantes surgissent au détour de cette analyse : la « surprenance », l’« importunance », et la « récalcitrance ». Ce qui dysfonctionne surprend dans son dysfonctionnement même, c’est-à-dire ne s’annule pas comme util, mais se donne comme util dysfonctionnel, en s’imposant tout à la fois à et en heurtant l’intentionnalité pratique qui l’accompagne — provoquant les gestes d’agacement que nous connaissons, et qui peuvent aller jusqu’à la pure et simple destruction de la chose en question. Également, est « importun » ce qui manque, dit en substance Heidegger, quand précisément on en a besoin : l’encre dans le stylo, l’électricité à la maison, l’huile dans le carter de la voiture. Il appartient à l’util d’être disponible et sous la main, et l’util vient à manquer, à être sur un mode qui devient trop scandaleusement le sien propre. Enfin « récalcitrance » est la propriété de l’usage que contrarie la survenue d’un accident quelconque — l’arbre en travers de la route, une préoccupation qui fait obstacle à une autre préoccupation : le dérangement, en somme, par quoi on est sommé de passer brutalement d’une activité à une autre.

Ces dysfonctionnements sont révélateurs, dans l’économie générale de l’argumentation heideggérienne, d’une vérité de l’util, et du système des « renvois » auquel il appartient immanquablement, parce qu’il n’est pas ce autour de quoi vient « s’emplir ensuite une pièce », mais ce qui est d’emblée déjà inscrit dans les choses et les habitudes pratiques, naturelles et aveugles, qu’elles déterminent. Le dysfonctionnement, en soi, révèle donc l’inévidence des utils qu’il affecte, et qu’ils ne sont précisément pas disponibles, à portée de la main, au prolongement du corps et de l’intelligence. Tandis cependant que le dysfonctionnement est comme la face obscure de l’util, ce à quoi nous ne pensons pas tant que nous n’y sommes pas confrontés à notre corps défendant, tandis donc qu’il est dans l’ordre de l’usage son exception, la dysfonctionnalité est le mode d’être princeps et fondamental de l’Internet. Pour dire autrement : ce n’est pas parce que l’Internet offre les moyens d’une optimisation de nos pratiques cognitives qu’il est en continuité avec nos traditions intellectuelles, c’est parce que l’expérience en est radicalement dysfonctionnelle qu’il fait rupture avec elles et constitue un espace ouvert à une croissance des processus sémantiques qu’il accomplit, et qui est sinon exponentielle, du moins polymorphe : « machine à paroles » infinimentcomplexe,ilsedéclineen termes d’« usages » qui jamais ne se commuent en « expérience ».

Si c’est en effet l’endommagement, le manque, la contrariété qui font le dysfonctionnement utilitaire, c’est l’usage, c’est la disponibilité, c’est le fonctionnement de l’Internet qui modalisent sa dysfonctionnalité essentielle :

- Usage : c’est la production multiforme des discours, l’auto-publication ludique, professionnelle, privée, sociale, c’est le système les lalophènes dont les échos paraissent se perdre à l’infini, et dont la relation qu’il recouvre de l’opérateur au nombre indéfini des récepteurs est incommensurable au geste même de la production du discours. Le dysfonctionnel, ici, ce n’est pas la rupture mais la redondance, ce n’est pas le silence mais le bruit, non pas que l’Internet soit hors de portée, mais qu’étant à portée de main les intentions qu’il réalise ne sont pas stricto sensu appropriables. À plus forte raison quand le Réseau emporte le fantasme d’une interactivité plus ou moins substantielle, d’une co-production de l’univers communicationnel qui le constitue. Il est assurément vrai que le Réseau offre des possibilités collaboratives considérables, dont le développement de certains logiciels dit « libres » paraissent porter témoignage ; mais le succès d’entreprises pointues ne signifie pas que l’Internet cristallise le succès d’une communicabilité universelle. Non pas plus qu’il en est l’échec. L’« endommagement », s’il faut reprendre l’idée, est dans l’écart réitéré de la parole à la parole, dans l’inscription du sujet du discours au cœur des flux dont il participe, et auxquels il participe.

- Disponibilité : l’information est « là-devant », et forme un vaste système de signes dans l’univers duquel les détours normatifs, les protocoles logiques d’investigation, sont toujours approximatifs, quand bien même ils seraient exacts — ou si l’on veut, ils abondent en même temps qu’ils restent relativement indisponibles. Comprenons par exemple par là que l’exactitude postulée des réponses aux requêtes qu’on lance sur le Réseau renvoie à des systèmes intentionnels, de production de l’information, de vérification de l’information, de mutabilité de l’information, dont le requérant ne peut admettre le bien-fondé que sur le mode de la confiance. Comme le montre Gloria Origgi dans un article publié sur l’Internet sous le titre « Pour une science humaine de l’Internet », « nous nous attendons à ce que les contenus que nous recherchons nous soient communiqués dans une forme qui nous soit pertinente, comme le ferait un agent auquel nous demanderions une information ». Sans doute n’avons-nous pas de grandes raisons de nous défier des agents électroniques qui nous transmettent ces contenus, mais peut-être aussi aurions-nous de graves raisons d’interroger les processus sous-jacents qui nous les rendent disponibles. Le dysfonctionnel est ainsi dans la congruence des raisons de ne pas douter et des raisons d’interroger, dans l’inévidence de ce qui est donné là-devant, qui donc à la fois est là, et pourtant potentiellement absent à l’intentionnalité à laquelle il fait écho.

- Fonctionnement, donc : l’efficacité structurelle de l’Internet est parfaitement incontestable, mais non pas au sens de la satisfaction qu’il rend possible des attentes cognitives et/ou marchandes, non pas au sens de ses « affordances » ; plutôt au sens où les « obstacles » de l’Internet sont un mode ordinaire de son développement, et où les procédures d’intégration logicielle, de complexification en même temps que de simplification au moins supposée de l’expérience qu’elles induisent, déterminent une condition d’apraxie qui est le lot d’un nombre considérable de ses utilisateurs. C’est là du reste un mode d’être de la « fracture numérique », qui ne concerne pas seulement la disparité des riches et des pauvres, mais aussi et peut-être surtout celle qui oppose ceux dont la culture intellectuelle se déploie dans une atmosphère technologique appropriée, et ceux dont le regard reste obstrué par la présence et la nature même du phénomène communicationnel. La « récalcitrance » traverse l’expérience du Réseau, non parce que nous sommes maladroits, mais parce que l’expérience que nous en faisons est invariablement bancale, à moins peut-être d’une maîtrise technique de rang professionnel. Et là encore, parce qu’il est question de protocoles et de langages informatiques plus ou moins interopérables et dont les possibilités informationnelles restent partiellement inexplorées, le doute reste permis quant à la coïncidence des intentions de signifier et le la réalité des effets de communication.


Les « usages », d’être rapportés à une vision instrumentaliste et utilitaire du Réseau, sont mal nommés. Ce n’est pas que notre expérience de l’Internet n’en soit pas une, ni même qu’elle soit immanquablement vouée à l’échec. Bien au contraire, l’Internet « fonctionne », mais il fonctionne sur un mode essentiellement dysfonctionnel. C’est donc plutôt que notre expérience de l’Internet n’est jamais susceptible de se commuer en une expérience véritable, de se stabiliser en une série de procédures nous donnant sinon la certitude, du moins l’assurance d’une maîtrise satisfaisante de ce qui se joue sur le Réseau. En quoi manifestement il y a une différence substantielle entre le projet de nomenclature de Notes & Queries et le continuum encyclopédique ouvert que constitue l’Internet. Dans le premier cas, tout le travail repose sur une tentative explicite d’ordonner le désordonné, d’investir de manière méthodique des espaces de connaissance singuliers et disparates. Dans le second, ce sont les méthodes, ce sont les protocoles, ce sont les algorithmes qui, sur un mode concurrentiel, réordonnant sans cesse une masse insondable et indisponible, en tant que telle, de pratiques et de connaissances, créent une manière de méta-chaos qui fait la richesse même du Réseau et la fécondité en même temps que la volatilité des « usages » qu’il induit.

L’une et l’autre procédures appartiennent en vérité à des modes logico-discursifs distincts. Dans la tradition savante, les savoirs se composent et se recomposent en vertu d’une confrontation des raisons, et d’une résolution de leurs éventuelles contradictions : discuter, c’est finir par s’entendre, et où il n’y a pas entente, il n’y a pas plus discussion. Seulement les agents de l’Internet, les opérateurs du discours, n’existent pas seulement sur le mode de la discussion, mais aussi sur un mode concurrentiel des rationalités, qui cristallisent le rapport dysfonctionnel aux savoirs, appréhendés et énoncés non seulement sur le mode de l’évidence ou de la certitude, mais de l’irrationnel autant que du rationnel, de la conviction autant que de l’obstination, de la certitude autant que du doute.

Ce qu’il faut donc nommer un rapport dysfonctionnel aux savoirs, c’est que nous ne les accueillons jamais naïvement, mais par un recours permanent, efficace en même temps que déficient, à des principes axiologiques partiellement aléatoires, et que c’est ainsi qu’ils sont validés sur le Réseau. L’Internet dès lors n’est pas à proprement parler util, il n’est pas plus une espèce de désordre discursif universel dont il faudrait se garder, il est une machine à parler im-mense : au prolongement discursif de nos discours, il en déploie les vrais semblants, des simulacres redondants — pages web, forums, blogs —, et les faux usages — l’illusion d’une disponibilité des procédures en vertu desquelles nous existons sur le Réseau, et d’une maîtrise des intentions de signification que nous y déployons. Dite autrement, c’est là l’idée que l’Internet emporte une dénégation intellectuelle et pratique à la fois des incertitudes que recouvre le couple improbable que forme la structure industrielle tentaculaire qui le matérialise d’une part, et l’ensemble insondé des systèmes de notation qui le vitalisent d’autre part — échec toujours à venir d’une fécondité jamais démentie.


[1] « Quand vous avez trouvé, faites-en donc une note. »

[2] « Ceux-là même qui sont le mieux informés sont les plus prompts à communiquer leur savoir, en même temps que les premiers à confesser leur ignorance. »

[3] On peut consulter un facsimile de la revue Notes & Queries sur le site de la Bibliothèque Internet des Revues Anciennes à Oxford (Internet Library of Early Journals) — utiliser la fonction “Browse” sur la gauche de la page d’accueil. Par ailleurs un fac-simile des trois premières pages en a été extrait, qui peut être téléchargé en cliquant sur ce lien.

[4] « Quelque moyen peu onéreux et fréquent d’échanger des pensées »

[5] Mort en 1755 à l’Hôtel Dieu.

[6] On en aura confirmation, rapidement, sur un site consacré à Saint-Jacques de Compostelle — dont il est également question dans la réponse donnée par N&Q.

[7] Pour plus de détails sur cette question de la transmission et de ses protocoles, ainsi que des enjeux philosophiques qu’elle recouvre, on se reportera à notre article « L’Instant du même », paru aux Cahiers philosophiques, n° 86, en mars 2001. Une copie au format PDF peut être téléchargée à partir de ce lien, grâce à l’aimable autorisation de son Comité de rédaction.

[8] Ce terme traduit l’anglais affordances, concept élaboré par James Gibson pour décrire certains aspects de la relation du vivant à son milieu. Il a été importé dans la rhétorique descriptive de l’Internet en raison de l’analogie supposée des pratiques intellectuelles et de la vie du vivant.

[9] On parlerait en anglo-américain d’availability, terme dont il n’est pas indifférent de songer qu’il appartient au vocabulaire commercial.

[10] Pour Archive Server, ou selon d’autres : A Reliable Computer Human Interaction Environment.

[11] Pour plus de détails sur Gopher, on pourra se reporter sur ce site de Cameron Kaiser (en américain).

[12] On dit aussi que gopher se prononce « go for », « vas-y », quand on y met un certain accent.

[13] Very Easy Rodent Oriented Netwide Index to Computerized Archives.

[14] Jonzy’s Universal Gopher Hierarchy Excavation and Display.

[15] On trouvera des explications complémentaires sur ces derniers point sur un site en français ainsi que, en langue anglaise, ce site-ci et ce site-là.

[16] On s’en rendra aisément compte en entreprenant de procéder, en parallèle, au téléchargement d’un fichier, à la consultation d’une page web, et à quelques échanges épistolaires sur une suite applicative telle que Mozilla.

[17] Sous la dénomination A9.

[18] Aux p. 102 et suivantes de la traduction publiée aux éditions Gallimard.

[19] Op. cit., p. 103

[20] Ibid., p. 104

[21] Ibid., p. 106

 Faux usages et vrais semblants


Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/piotrr/diktyologie.homo-numericus.net/ecrire/inc/flock.php on line 60